écal
From 27.05.2010 to 11.06.2010
l'elac, Renens

L’espace lausannois d’art contemporain (l’elac) accueille «Les escarpins de Lola», une exposition de Laurent Mercier, créature et créateur de mode. A cette occasion, il présente en exclusivité une partie de sa collection de chaussures à talons hauts.

«Les escarpins de Lola»
«Je suis un passionné de chaussures à talons hauts depuis aussi loin que je m’en souvienne. C’est un fétichisme assez commun, sans doute lié à un désir d’élévation.

Dans mon imaginaire, une silhouette part toujours de la chaussure. Ma référence absolue serait un escarpin à talon aiguille très fin et pointu des années 60, à la cambrure vertigineuse et suivant une courbe très précise. Le talon serait très haut, tourné vers l’intérieur et la talonnette en métal. J’adore le bruit du talon en métal. J’ai trouvé récemment une série de chaussures d’une collection Dolce & Gabbana très proche de mon fétichisme ultime. Le bout est juste un peu trop long pour être à la perfection. Mon fétichisme est assez monomaniaque. Je poursuis donc la recherche de la chaussure parfaite. Je suis, ceci dit, séduit par plein d’autres chaussures et lorsqu’une chaussure me plaît, je dois l’avoir, quels que soient la marque et le prix. Je la traque et la chasse partout dans le monde, ce sont d’ailleurs les seuls souvenirs de voyages que je ramène.

Après avoir communiqué mon amour de la chaussure à Pierre Keller, il m’a proposé de mettre en scène ma collection à l’elac, accompagnée à l’occasion du vernissage de mon alter ego féminin Lola, qui a la chance, la joie et le privilège de porter ces chaussures.»

Biographie
Laurent Mercier quitte la Suisse après un apprentissage de couturier chez Di Marino à Lausanne, une formation technique à l’EPSIC en poche. Il poursuit par une formation de créateur de mode au Studio Berçot à Paris, puis Jean-Paul Gaultier l’engage en qualité d’assistant au studio de création. Laurent Mercier quitte Gaultier pour être engagé par le groupe ESCADA afin d’assister Natalie Acatrini sur sa propre ligne et pour Crisca et Laurel. Il rencontre Lenny Kravitz qui lui propose de dessiner ses costumes de scène et de l’accompagner en tournée. Après plusieurs tours du monde en compagnie du chanteur, il crée sa propre marque et défile à Paris.

Quelques années plus tard, Balmain l’engage en qualité de directeur artistique du prêt-à-porter d'abord, puis après le départ d'Oscar de la Renta, pour la haute couture également. Laurent Mercier quitte ensuite Balmain pour se concentrer sur sa propre ligne de haute couture. Il habille une clientèle particulière, mais crée également et confectionne des costumes de scène, de films, ou encore de spectacles pour des artistes internationaux. Il rencontre une princesse d’Arabie Saoudite avec laquelle ils montent la marque de prêt-à-porter haut de gamme Ghadah Paris, dont il est directeur de création. Parallèlement, Thierry Mugler l’engage comme "Creative Advisor" pour la création des costumes de Beyonce. Il collabore aussi pour différents projets avec Thierry Mugler (publicités pour parfums, costumes...).

Laurent Mercier, elac, Renens 3326

Photo ECAL/Federico Berardi