écal
From 13.11.2014 to 04.12.2014
Gallery l'elac, Renens [map]

Du 14 novembre au 4 décembre 2014 (vernissage le jeudi 13 novembre à 18h), la Galerie l’elac présente une exposition réalisée par les étudiants du Master Arts Visuels de l’ECAL/Ecole cantonale d’art de Lausanne, dans le cadre de «Vertige des correspondances», projet de recherche sous la direction de Julien Fronsacq et soutenu par la HES-SO/Haute école spécialisée de Suisse occidentale. (Images HD)

L’œuvre de Charles-Blanc Gatti (1890-1966), figure trop méconnue de la peinture musicaliste, se situe entre une quête d'harmonie synesthésique et la perte de repères sensoriels. Ces deux versants sont abordés dans l'exposition «Vertige des correspondances» à travers le prisme de la relation que l'artiste suisse a entretenu avec l’espace alpin. 

En présentant une sélection inédite d’œuvres et d'archives de Blanc-Gatti, «Vertige des correspondances» offre une vue d'ensemble de la production de l'artiste non étudiée auparavant: en parallèle à sa participation à l’aventure musicaliste, et à ses écrits au sujet des sons et couleurs, Charles Blanc-Gatti fut également un inventeur et écrivain qui n’a eu de cesse d’éprouver les forces que l’espace exerce sur le corps et nos sens. En s’appuyant sur «Chromophony» – film animé, abstrait et musical réalisé en 1939 –, les étudiants-chercheurs du Master Arts Visuels de l'ECAL ont souhaité s’affranchir d’une approche exclusivement formelle de l’œuvre de Charles Blanc-Gatti, au profit d'une étude décloisonnée de l’ensemble de ses recherches conceptuelles.

«Vertige des correspondances» propose de découvrir les recherches de Charles Blanc-Gatti dans les domaines artistiques et au-delà. A la fin de sa vie, après l’élaboration d’espaces picturaux, lumineux puis cinématographiques, Blanc-Gatti se consacre à l’observation de paysages alpins qu'il conçoit à la manière de spectacles dont il réalise des relevés cartographiques et sensoriels.

«Vertige des correspondances» est également une publication bilingue (FR/EN) de 188 pages avec 85 reproductions issues des archives de Charles Blanc-Gatti, conçue en collaboration avec les graphistes Marietta Eugster et Teo Schifferli et le photographe Jonas Marguet. Elle comprend des contributions d’experts issus de disciplines complémentaires: Maxime Guitton, spécialiste en musique, programmateur musical et ancien assistant de la compositrice Eliane Radigue; Gallien Déjean, historien de l’art et commissaire d’exposition; Teresa Castro, historienne du cinéma; Jelena Martinovic, historienne de la médecine et artiste; et Sarah Burkhalter, historienne de l’art et de la danse moderne.

Documents et œuvres courtesy la Cinémathèque suisse, l'Institut suisse pour l'étude de l’art (SIK-ISEA) et le Musée cantonal des beaux-arts de Lausanne.

Exposition du 14 novembre au 4 décembre 2014, du mercredi au vendredi, de 13h à 17h.

Galerie l'elac
5 av. du Temple, 1020 Renens
+41 (0)21 316 99 33
ecal@ecal.ch

Exhibition view. Photo ECAL/Axel Crettenand

Vue d'exposition. Charles Blanc-Gatti, Cuivres et percussion, sans date. Courtesy Musée cantonal des Beaux-Arts de Lausanne. Photo ECAL/Axel Crettenand

Charles Blanc-Gatti, étude, vers 1935. Image: Courtesy SIK-ISEA, Lausanne, Archives suisses de l’art, ISEA-AR 107. Photo Jonas Marguet


Charles Blanc-Gatti, Une histoire vraie, 1938. Film 35 mm, 3 min. 29 sec. (photogramme). DR/Collection Cinémathèque suisse.

Charles Blanc-Gatti, Chromophony, 1939. Film 35 mm, 3 min. 26 sec. (photogramme). DR/Collection Cinémathèque suisse.

Charles Blanc-Gatti, Chromophony, 1939. Film 35 mm, 3 min. 26 sec. (photogramme). DR/Collection Cinémathèque suisse.

Charles Blanc-Gatti, «Disposition schématique de projection d’une affiche lumineuse dynamique», vers 1935. SIK-ISEA, Archives suisses de l’art, ISEA-AR 107.


Charles Blanc-Gatti, Le Meurtrier d’Yvanhoé Rambosson, 1936. MCBA. Institut suisse pour l’étude de l’art, 2008, MCBA/SIK-ISEA


Charles Blanc-Gatti, plan et coupe détaillant une projection lumineuse sur l’écran chromophonique circulaire, avec la disposition des appareils de projection lumineuse et du pupitre de commande dit des «appareils à nuages», vers 1934. Crayons de couleur sur impression papier. MCBA/SIK-ISEA.