écal

UPDATE (12.2020)

APPEL À CANDIDATURES

Résidence EXECAL à La Becque 2021


L’appel à candidatures pour la Résidence EXECAL à La Becque 2021 est ouvert. L’ECAL/Ecole cantonale d’art de Lausanne, en partenariat avec La Becque | Résidence d’artistes, offre l’opportunité à trois ancien·ne·s étudiant·e·s de participer à un programme de résidence pendant l’été 2021, à la Tour-de-Peilz (CH).

Le programme Résidence EXECAL à La Becque a pour but d’encourager le développement de projets et l’excellence de la relève en art et en design. Durant l’été 2021, la Résidence EXECAL à La Becque offrira l’opportunité à trois ancien·ne·s étudiant·e·s de l’ECAL de bénéficier chacun·e d’un séjour de quatre semaines dans le but de développer un projet dans un cadre de création exceptionnel. L’appel à candidature est ouvert à tou·te·s les alumni·ae de l’ECAL, venant de toutes disciplines, pour autant qu’ils soient diplômé·e·s depuis au moins trois années lors du début de la période de Résidence EXECAL à La Becque à l’été 2021. 

Les dates Résidences EXECAL à La Becque sont les suivantes :

  • 1 – 29 juillet 2021
  • 3 – 31 août 2021
  • 3 septembre – 1 octobre 2021

Délai de candidature: 17 janvier 2021, à 23h59 CET à travers le formulaire.

Informations et critères  

FAQ 

---

Résidence ECAL à La Becque


Les Résidences ECAL à La Becque offrent l'opportunité à un.e invité.e internationale de mener un projet personnel à La Becque tout en intervenant à l'ECAL, le temps d’un semestre.


Année académique 2020-2021

Danielle Lessovitz, réalisatrice et scénariste basée à Brooklyn (New York), enseignera au sein du département Cinéma de l’ECAL pendant le semestre d’automne 2020-2021. Pendant son séjour à La Becque, elle travaillera également sur ses futurs projets de films. Sa pratique oscille entre la réalisation de films et la conception d’installations artistiques ou vidéo. Ses projets traitent principalement des communautés marginalisées et elle y inclut souvent des act.eur.rices non-professionnel.le.s. Voir la Masterclasse de Danielle Lessovitz à l'ECAL ici (27.10.2020).

Année académique 2019-2020 

Mario de Vega, artiste sonore mexicain basé à Berlin, nous a rejoint d’octobre 2019 à février 2020. Sonorité, présence et invisibilité sont les points de départ de son travail et de sa recherche artistique. Il est intervenu dans le cadre des BA et MA Arts Visuels ainsi qu’en BA Media & Interaction Design.

Simone C. Niquille, designer et chercheuse suisse basée à Amsterdam, était Résidente ECAL de février à juillet 2020, en collaboration avec François Zajéga, un artiste-programmeur vivant et travaillant à Bruxelles. Le studio de Simone C. Niquille, Technoflesh, explore la représentation de l’identité ainsi que la numérisation croissante de la biomasse à l’époque du paraitre virtuel et connecté. Elle est intervenue dans le cadre du MA Photographie, sur le projet de recherche Automated Photography, ainsi qu’en BA Media & Interaction Design. François Zajéga, quant à lui, a commencé sa carrière professionnelle en tant que webdesigner et webdeveloper au début des années 2000. Il a ensuite rejoint l'institut Numediart de l'Université de Mons (BE) en tant que chercheur spécialisé dans le traitement vidéo et l'interaction homme-machine. Simultanément, il expose son travail dans divers festivals et galeries en Europe. Très impliqué dans les logiciels libres et la culture libre, il enseigne la programmation dans l’art et les jeux vidéo dans plusieurs institutions académiques.

Année académique 2018-2019

Mitch Paone, partenaire et directeur artistique de l’agence créative DIA Studio, basée à Brooklyn. Spécialisé en design cinétique, graphisme et typographie, Mitch Paone a été invité à passer quatre mois à La Becque, où il développera un projet de recherche tout en intervenant à l’ECAL dans le cadre du Bachelor en Design Graphique et du Master en Design Typographique, durant tout le semestre de printemps 2019. Voir la conférence de Mitch Paone à l'ECAL ici (17.04.19).

---

Résidence EXECAL à La Becque


Les Résidences EXECAL à La Becque offrent l'opportunité à trois alumni de bénéficier chacun.e d’un mois de résidence entre juillet et septembre chaque année et ce, dans la perspective de développer un projet lié à leurs pratiques mais aussi à l’axe thématique de La Becque, soit la relation entre la nature, l’environnement et la technologie à travers le prisme de l’art et du design.


Ainsi, le jury, composé de Catherine Othenin-Girard (Présidente, EXECAL - Association des anciens étudiants et des amis de l’ECAL), Luc Meier (Directeur, La Becque) et Alexis Georgacopoulos (Directeur, ECAL), a sélectionné:

Lauréats 2020

Charles-Antoine Chappuis (BA Design Graphique, 2014) est un artiste multidisciplinaire suisse et brésilien basé à Amsterdam. Son travail investigue les structures textiles ainsi que les processus artisanaux et donne lieu à des objets sculpturaux et à des installations ; évocations fantaisistes des formes archétypales de la maison et des expériences qui y sont connectées. Après son diplôme à l’ECAL, Charles-Antoine a suivi une spécialisation en textiles avec Anne Masson à La Cambre à Bruxelles. Il fait des recherches de matériaux pour plusieurs artistes et designers aux Pays-Bas. Quant à son travail personnel, il a été présenté et vendu à l’international dans de multiples galeries et boutiques de design.

Julien Mercier (BA Design Graphique, 2012) est un artiste computationnel et designer suisse. Il collabore avec diverses institutions impliquées dans le design et la recherche artistique en Europe. Son travail s’intéresse à l'éthique et la responsabilité dans l'apprentissage profond (deep learning). Son travail se décline en installations son ou vidéo, et vise à démêler les capacités mystifiantes de l'intelligence artificielle, en suivant à la fois des préoccupations matérielles et conceptuelles. Sa recherche artistique dé-situe des notions telles qu'intelligence humaine vs intelligence non-humaine, nature vs culture, ou autorité vs autonomie. Elle prend la forme d'espaces ou d'artefacts simulacres où les concepts de pouvoir, de possession, de vérité, d'original et de copie se révèlent obsolètes. Julien complète un Master en arts computationnels à la Goldsmiths University à Londres en 2019.

Matheline Marmy (BA Photographie, 2016) a suivi des études en photographie à l’ECAL/Ecole cantonale d’art et à la HFBK à Hamburg, puis a complété un Master en arts visuels au Piet Zwart Institute à Rotterdam en 2019. Sa recherche s’intéresse à diverses formes d’observation et d’enregistrement des traces temporelles laissées par les organismes vivants, qu’ils soient humains, chimiques ou bactériens. A travers des modes de production principalement basés sur les processus, son travail implique l’expérimentation de transformations de matériaux à partir de phénomènes comme la croissance, l’invasion, la corrosion et la sédimentation. De plus, Matheline co-dirige l’édition d’artistes Exhibitions on Paper et a récemment reçu le Prix de La Relève Photographie de Pro Helvetia – Fondation Suisse pour la culture. Elle travaille entre Genève et Rotterdam.

Lauréats 2019

Aladin Borioli (BA Photographie)

Depuis 2014, Aladin Borioli poursuit le développement de son projet de recherche DYI "Apian" qui traite des liens entre abeilles et humains et la façon dont ils se façonnent l’un l’autre. Ses intérêts s’étant rapprochés des sciences humaines, Aladin termine une formation en anthropologie visuelle à la Freie Universität de Berlin en 2018. Le projet "Apian" est désormais présenté tant dans des contextes artistiques que sous forme anthropologique.

Iris Andreadis et Pauline Lemberger (BA Design Industriel)

En 2015, Pauline Lemberger cofonde le studio "Bouchée Double" à Bruxelles. Elle y explore l’univers culinaire au travers de la scénographie, la photographie, le design d’objet et le dessin. Elle y développe une approche globale de la cuisine, affirmée lors de ses résidences au Japon et au Mexique et durant ses nombreux pop-up restaurants. Iris Andreadis, quant à elle, étudie actuellement l'architecture à Paris. Sa fascination pour les constructions et les objets intelligents dans leur économie de moyens, observés en Grèce et lors de sa résidence à Hong Kong, anime sa pratique.

Thomas Grogan (BA Design Industriel)

Après une formation en design industriel et prospectif, Thomas Grogan, basé à Londres, développe une pratique artistique orientée sur la recherche où il examine les enjeux sociaux actuels et futurs autour des nouvelles technologies à travers diverses production artistiques telles que la sculpture, l’installation, l’animation vidéo et les plateformes digitales. Le langage visuel de son travail est fortement influencé par les stratégies marketing en entreprise, la production et le détournement de produits industriels.

labecque.ch

Appel à candidatures: Résidence EXECAL à La Becque 2021. Ouvert jusqu'au 17 janvier 2021.

ECAL/Arthur Seguin


La Becque, ECAL/Calypso Mahieu

Danielle Lessovitz, Résidente ECAL à La Becque d'octobre 2020 à janvier 2021. 


Simone C. Niquille, Résidente ECAL à La Becque de février à juillet 2020. 

Simone C. Niquille/Technoflesh

Mario de Vega, Résident ECAL à La Becque d'octobre 2019 à février 2020.

Galeria Sztuki Współczesnej Bunkier Sztuki

Mitch Paone, Résident ECAL à La Becque de février à juillet 2019.

ECAL/Calypso Mahieu

Charles-Antoine Chappuis, Résident EXECAL à La Becque 2020, Seed Instrument - Stills.

Image: Charles-Antoine Chappuis.


Julien Mercier, Résident EXECAL à La Becque, été 2020.

Performance: Paper Synths, Julien Mercier avec Raphaël Théolade, SET, Londres, 2019. Photo: David Williams.


Matheline Marmy, Résidente EXECAL à La Becque 2020, Feeders.

Photo: Matheline Marmy.


Aladin Borioli, Résident EXECAL à La Becque, été 2019. 

Ruche, dans le cadre de son projet "An intimacy machine" qui explore les relations millénaires entre abeilles et humains. Photo: ECAL/Achille Laplante.

Iris Andreadis et Pauline Lemberger, Résidentes EXECAL à La Becque, été 2019.

Vidéo "Souper Solaire".

Iris Andreadis et Pauline Lemberger, Résidentes EXECAL à La Becque, été 2019.

Recherche "Souper solaire”. 

Thomas Grogan, Résident EXECAL à La Becque, été 2019. 

"Piqûre-Lunaire": une fiction prospective explorant le rôle des techniques émergentes viticoles en tant qu’initiatrices d’un repositionnement de l’espèce humaine au sein d’un écosystème menacé. 

Thomas Grogan, Résident EXECAL à La Becque, été 2019. 

"Piqûre-Lunaire": une fiction prospective explorant le rôle des techniques émergentes viticoles en tant qu’initiatrices d’un repositionnement de l’espèce humaine au sein d’un écosystème menacé.