écal

Projet de recherche, ECAL 2021

en PROJETS / RA&D PROJETS DE RECHERCHE (RA&D)


(Re-)Viewing Paik

(Re-)Viewing Paik est une initiative de recherche conjointe entre la Suisse et la Corée du Sud menée par le professeur Patrick Keller de l’ECAL/École cantonale d’art de Lausanne (HES-SO), la Dr Sang Ae Park du Centre d’art Nam June Paik (NJPAC) en Corée du Sud et le Dr Christian Babski de fabric | ch, collectif d’architecture et de technologie de l’information à Lausanne.

Le principal objectif à long terme de cette recherche conjointe et interdisciplinaire, inspirée des archives de l’artiste coréen Nam June Paik (1932-2006), est d’établir de nouveaux types de curation et de design d’expositions en ligne qui prendront forme numériquement à l’endroit où se situent les spectateurs (que ce soit chez eux ou ailleurs) et de le peupler virtuellement, de manière autonome. Les résultats de ce premier travail conjoint, qui prendra la forme d’une « démo » fonctionnelle (preuve de concept), seront utilisés en parallèle pour formuler un projet de recherche plus détaillé qui sera ensuite soumis à un organisme de financement national.

Cette recherche combine des nouvelles techniques d’intelligence artificielle / de machine learning (AI/ML) avec du design automatisé basé sur des règles, ou design computationnel (CD), et des écrans de réalité augmentée (AR), afin de créer des musées numériques, des « salles d’exposition » et des galeries personnalisés sur des smartphones ou des tablettes. Ces « salles » seront ensuite vécues de façon immersive (grâce à la réalité augmentée, la réalité virtuelle et des projections), en respectant une relation d’échelle entre spectateurs et œuvres d’art, à partir de n’importe quel endroit et du point de vue des visiteurs, tout en étant adaptées à ces derniers de façon autonome.

(Re-)Viewing Paik propose ainsi une forme innovante et personnalisée d’exposition à distance. Les résultats de la recherche restent quant à eux dédiés à la fois aux curateurs (« côté outil » ou côté serveur) et aux visiteurs en ligne (« côté exposition » ou côté client) et serviront notamment à valoriser des formes d’art médiatique ou d’archives, naturellement adaptés aux écrans et aux affichages numériques, même s’ils requièrent un potentiel polyvalent et immersif dans leurs modes de présentation au public.

Les archives de Nam June Paik, situées à Yongin (région de la capitale de Séoul), constituent une étude de cas exceptionnelle et quasi parfaite pour ces objectifs, puisque le but principal et la pertinence de cette recherche sont de donner accès à une partie des archives de l’artiste sud-coréen (et plus tard, en généralisant, à l’ensemble des archives ou à tout type d’art numérique ou de contenu artistique numérisé). Il s’agit d’une opportunité unique d’effectuer une recherche basée sur la pratique et d’importer des idées novatrices dans les algorithmes de cet outil d’automatisation qui doit encore être développé et qui a temporairement été intitulé Atomized (algorithmic) Functioning.

Requérant principal
ECAL/Ecole cantonale d’art de Lausanne
Patrick Keller (chef de projet)
Sang Ae Park (Centre d’art Nam June Paik)

Équipe de recherche
Christian Babski (fabric | ch), conférencier et chercheur

Partenaires
Nam June Paik Art Center
fabric | ch

Durée
octobre 2020 – septembre 2021

Soutenu par
ECAL/Ecole cantonale d’art de Lausanne
Swiss Bilateral Programme of SERI / Leading House Asia - ETHZ
Nam June Paik Art Center
fabric | ch





N. J. Paik, TV Buddha (1974), réinterprétation numérique. Premiers tests pour le projet de transposition numérique (Re)Viewing Paik (2021)

© ECAL/Patrick Keller